News & Insights > Insights > Salon International de l'Agriculture 2022 : quelles sont les 3 tendances à retenir ?

  •  By Marie-Sarah Gastou

Le Salon International de l'Agriculture s'est tenu le mois dernier au Parc des Expositions à Paris. C'était l'occasion pour les acteurs agricoles et agro-alimentaires de donner de la visibilité à leur activité et leurs actions. Mais ils n'étaient pas les seuls assidus de cette édition. Les acteurs de la finance et de la tech en présence nous ont encore une fois montré que l'agriculture, loin d'être vieillissante, est un marché promettant des leviers de business et d'innovation plus pertinent que jamais.

1. Les enjeux ESG sont au cœur de la stratégie des grands groupes

Vers plus de transparence et de traçabilité : concilier marketing et engagement RSE pour les marques…
Face aux attentes des consommateurs de plus de transparence, la blockchain est une petite révolution dans le monde de l'agro-alimentaire pour proposer davantage de traçabilité, du champ à l'assiette. Une démarche d'autant plus intéressante pour les marques quand elle est compatible avec des enjeux marketing. Par exemple, le groupe Francine l'a bien compris en collaborant avec la startup Connecting Food pour créer des QR codes sur les emballages, proposant ainsi des contenus ludiques et instructifs variés autour de l'origine de leurs produits (interviews de cultivateurs de blé, vidéos du processus de meulerie…) et en y ajoutant un chat bot : une brillante association de transparence et de marketing conversationnel. 

La "French Touch" inspirante : les partenariats entre grands groupes et filières françaises pour accélérer la transition…
Le constat est sans appel, pour que la transition agroécologique soit un succès elle doit nécessairement passer par l'implication et l'influence des grands groupes de l'agro-alimentaire. Or, cette semaine de salon a souligné le positionnement précurseur de la France dans cette démarche. Les prises de parole de groupes comme Kellogg's France ou encore McDonalds France en sont témoins : les branches françaises font des efforts. Les représentants ont notamment mis en avant la collaboration avec des filières partenaires locales pour développer des cahiers des charges visant à mettre en place des pratiques agricoles plus responsables : des briques sont posées petit à petit pour accélérer les feuilles de routes globales de ces grands groupes.
 

2.  Les banques et assureurs innovent pour s'impliquer dans la transition agroécologique

S'impliquer au-delà du financement : l'engagement des banques vers une transition agricole et alimentaire durable…
Si on ne devait retenir qu'une phrase des échanges de ce salon ce serait que c'est une erreur de parler de "financement de la transition agricole", cela sous-entend le besoin de financer un manque à gagner. Or, l'amélioration de la santé du sol, l'augmentation de la résilience au risque climatique, le stockage du carbone… sont autant de leviers qui promettent de sécuriser et même d'augmenter les marges futures. Si les fonds d'investissements l'ont d'ores et déjà compris depuis quelques années, les banques commencent également à tenir un discours similaire et à se positionner comme acteurs de l'innovation. La prise de parole du Crédit Agricole par exemple, partenaire historique du monde agricole, en était témoin : le groupe veut répondre aux mutations agricoles et agro-alimentaires actuelles et à venir, notamment à travers la construction de chaires de recherche.
 
Innover avec un assureur, mythe ou réalité ?
De la même façon, les assureurs ne restent pas les bras croisés et semblent œuvrer en synergie avec l'écosystème de l’Agtech pour devenir de vrais partenaires des agriculteurs et les accompagner dans leurs défis. Groupama, un acteur remarqué de cette édition 2022, a par exemple présenté le projet d'une de ses agences lyonnaises, une plateforme multiservices locale développée en collaboration avec la startup Kuupanda sur laquelle les agriculteurs peuvent proposer leurs produits en circuit court, comme sur un marché mais en version numérique, dans le but de développer l'économie circulaire de la région. AXA Climate a également rappelé les enjeux d'adaptation au changement climatique et la nécessité d'identifier des mesures d'adaptation adaptées et systémiques pour mitiger le risque. Au-delà de l’assurance paramétrique qui « ne suffit plus », le groupe a développé une offre de conseil afin d’accompagner, entre autres, les acteurs de l’agriculture et de l’agro-alimentaire dans la sécurisation de leur marge durable. Une équipe hybride d’experts scientifiques, de data analysts et d’actuaires travaillent ainsi main dans la main pour aider leurs clients à quantifier les risques et à identifier les scénarios d’adaptation les plus résilients.

 

3. Agriculture 2.0, le digital et la tech sont plus que jamais à l'ordre du jour

Les coopératives agricoles, précurseuses d'une transition technologique ?
Le potentiel de l'utilisation de la donnée n'a pas échappé aux entreprises de la tech qui proposent des outils de plus en plus pointus pour équiper les coopératives. La Ferme Digitale, un organisme regroupant des acteurs de l'innovation et du numérique pour une agriculture plus performante, a donné la parole a de nombreuses pépites lors de cette édition aux projets tous plus avant-gardistes les uns que les autres : simulation météo pour planifier les interventions sur la parcelle, prévision de la récolte pour piloter les parts de marché, diagnostic de la santé du sol pour améliorer les pratiques, modélisation de l'impact carbone pour valoriser les efforts de durabilité… jusqu’à des outils CRM. Salesforce a par exemple eu l'occasion de présenter sa plateforme customer 360, qui permet à des coopératives comme NatUp de faciliter la relation entre les technico-commerciaux et les agriculteurs. Les coopératives agricoles semblent donc bien placées pour capitaliser sur le regroupement de ressources et saisir ce tournant technologique pour mettre en place des projets qui révolutionnent les pratiques agricoles.
 
Vers une démocratisation de la culture du "projet pilote" et de la co-construction "à la carte"
Une des spécificités de ce marché semble toutefois résider dans l'approche produit. Pour les coopératives, pas question de parler d'industrialisation de masse d'un outil technologique qui serait vendu à des milliers d'autres acteurs. Il est tout d'abord primordial pour elles de conserver leur place de leader précurseur de l'innovation pour se démarquer auprès de leurs adhérents, voilà pourquoi beaucoup d'acteurs de la tech coconstruisent leurs outils en co-financement avec certains clients, qui bénéficient de cette position privilégiée. Ensuite, pas question non plus de mettre des usines à gaz dans les mains des agriculteurs qui ne seraient pas adaptées à leurs usages. Les projets pilotes permettent donc de construire des modèles personnalisés et spécifiques qui intègrent une source de donnée indispensable à leurs efficacité : l'expertise des agriculteurs eux-mêmes.

 

  • Insights
  • Data
  • technologie

Poursuivez votre
lecture

Table Ronde Les Nouveaux Enjeux des Programmes de Fidélité

Les directeurs CRM et Fidélité de Groupe Barrière, Sephora, les Cinémas Pathé Gaumont et 24Sèvres vous donnent rdv le 7 juillet à 9h pour vous partager leurs retours d'expérience et leurs visions.